Infomatique

Moteur de workflow et moteur de règles : la différence

Pour gérer efficacement le flux de travail, une bonne coordination des actions est nécessaire. Un bon enchainement des tâches, que ce soit en interne ou en externe, est primordial. Pour cela, l’automatisation s’avère nécessaire pour mécaniser un processus ou aligner un logiciel aux besoins du métier. Cet impératif explique la nécessité d’un moteur de workflow. Il s’agit d’un outil qui peut se présenter sous 2 formes : le workflow procédural pour une interaction figée et le workflow ad hoc lorsqu’elle est dynamique. Le but de cette modélisation et automatisation des tâches est d’atteindre facilement un objectif défini. Mais qu’est-ce qui différencie un moteur de workflow d’un moteur de règles ?

Qu’est-ce qu’un moteur de workflow ?

Le moteur de workflow est un outil utilisé pour automatiser certains processus dans une entreprise. Souvent, ce sont les tâches répétitives, à faible valeur ajoutée et celles classées « intelligentes » qui sont traitées avec un moteur de workflow.

Il s’agit donc d’implémenter un logiciel qui permet à une entreprise de faire transiter les tâches à réaliser d’un dossier électronique à un autre. Ces dossiers électroniques sont gérés soit par des applications comme les robots ou les acteurs applicatifs, soit par des utilisateurs ou des acteurs humains. Le workflow est donc la représentation des tâches entre différents processus opérationnels.

L’automatisation par le moteur de workflow a donc pour but de faire succéder les données et les tâches, ainsi que tous les échanges d’un processus, avec un ordre déjà établi par différentes règles. Le but d’un moteur de workflow est d’améliorer efficacement le circuit de validation, tout en respectant les délais, et en partageant les informations à tous les intervenants du processus. L’objectif étant d’assurer au mieux l’exécution des tâches de chacun. L’outil permet alors de mieux gérer les échanges, pour que le dirigeant puisse en suivre la traçabilité, mais aussi manager le travail, détecter les difficultés et surtout mesurer la performance de chaque intervenant.

La gestion des workflows est souvent faite manuellement dans le code, et de ce fait, la maintenance est assez délicate. Pour une meilleure exécution des tâches, il est important de combiner le moteur de workflow avec le moteur de règles. Ainsi, il devient plus facile d’optimiser les processus de manière régulière. Par ailleurs, il est possible de les implémenter correctement et rapidement.

logiciel moteur de workflow

Qu’est-ce qu’un moteur de règles ?

Le moteur de règles se différencie du workflow par son rôle qui consiste à définir les règles de routage bien élaborées. Cet outil est complémentaire avec un moteur de workflow, car sans ce dernier, il est assez difficile de proposer des interfaces simples aux utilisateurs. Sans le moteur des règles, la génération des règles en langage nature s’avère compliquée, de même que la traduction des informations en code exécutable.

Le moteur de règles est donc indispensable pour une gestion de règles complexes, nombreuses et changeantes, mais aussi pour une saisie en langage naturel. Le moteur de règles peut parfaitement être utilisé seul, sans être combiné à un moteur de workflow. Ce cas de figure est souvent rencontré dans le cadre d’application qui ne requiert pas nécessairement une gestion des processus.

La différence entre un moteur de règles et de workflow

La grande différence entre un moteur de règles et un workflow demeure dans leurs fonctions. Un moteur de règles métiers, autrement connu sous le sigle BRE, est un logiciel utilisé pour exécuter des processus de décision, se basant sur une logique prédéfinie. Les règles de métier aident donc une organisation sur une prise de décision.

Un moteur workflow concerne en revanche le flux de travail. Il a pour objectif d’assurer l’avancement d’un processus, étape par étape, en attribuant les tâches à chaque intervenant.

Ils se différencient aussi par l’évènement déclenchant le moteur. Si le moteur de règles est déclenché de manière automatique lorsque les règles et les conditions de gestion sont remplies, le moteur de workflow est en revanche déclenché quand les employés ont accompli une tâche et doivent passer à autre chose.

Le moteur de règles suit donc une série de règles, et de ce fait, est en mesure de gérer des processus plus complexes. Un flux de travaux ou workflow est quant à lui établi par une méthode simplifiée. L’avancement des tâches se fait par étapes.

Les avantages d’un moteur de workflow

Le moteur de flux de travaux propose plusieurs avantages à une entreprise. Il assure en effet une efficacité accrue. Ceci s’explique par l’automatisation des différentes tâches chronophages. Ainsi, les employés peuvent se concentrer un peu plus sur leurs activités principales.

L’un de ses plus grands avantages est sa capacité à responsabiliser chaque intervenant. Les employés ont la possibilité de consulter les tâches qui leur sont attribuées, et peuvent se renseigner sur leurs délais d’exécution. Cela permet à l’entreprise de respecter les deadlines fixées, d’assurer et d’augmenter la satisfaction au travail.

L’utilisation de cet outil permet de mettre en place une réelle transparence au sein d’une organisation. Les dirigeants et les employés ont accès à l’ensemble de l’activité, et cela permet à la direction de connaître le responsable de chaque tâche définie. Il s’agit également d’un outil permettant l’amélioration de la conformité. Les entreprises peuvent maintenir des pistes d’audit afin d’assurer la conformité des activités.

différence moteur de règles et workflow

Les avantages d’un moteur de règles

Le plus grand atout de l’utilisation d’un moteur de règles est qu’il peut être utilisé autant pour des tâches simples que pour des tâches plus complexes. Le moteur de règles a même la capacité d’intégrer des règles logiques. Il permet de définir où, quand, comment et pourquoi chaque tâche doit être réalisée.

Le moteur de règles peut par exemple se présenter comme suit : à l’occasion de l’anniversaire du site, tout achat réalisé sur votre site e-commerce recevra une remise de 10 %. Cette condition est donc classée comme une règle métier. Cela se traduit par la remise de 10 % :

  • quand : le jour d’anniversaire ;
  • où : sur le site e-commerce ;
  • comment : en y faisant un achat.

L’objectif dans ce cas étant de fidéliser les clients, etc. L’utilisation d’un moteur de règles permet à une entreprise de réduire les coûts, d’aider les dirigeants dans une prise de décision. Cet outil lui permet ainsi de renforcer ses stratégies. Il assure la possibilité d’un excellent contrôle, une meilleure agilité des processus, mais permet surtout de limiter les problèmes de solvabilité des clients.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Tendance

To Top